• Florian Carvalho de retour des Jeux Olympiques…..

    De retour des Jeux Olympiques de Londres (3-12 août 2012), Florian Carvalho nous a donné ses impressions sur la saison écoulée, et sur sa première expérience d’une participation à des jeux olympiques….

    Merci à lui de nous avoir consacré de son temps pour répondre à nos questions.

    Quand et comment s’est déroulée ta qualification pour les Jeux olympiques ?

     

    J’ai obtenu ma qualification pour les Jeux Olympiques 16 juin lors des championnats de France. Ayant déjà réalisé les minimas l’année précédente lors du meeting Herculis de Monaco (3’33 »60), il me suffisait de finir dans les deux premiers de ces championnats pour décrocher ma qualification pour les JO. Pour pouvoir réaliser le rêve de tout sportif de représenter la France lors des JO, il fallait absolument ne pas se louper à ce championnat de France où je savais ce que je devais faire.

     

     

    Ta préparation s’est elle déroulée comme tu le souhaitais ?

     

    Ma préparation s’est déroulée comme prévu grâce au soutien de nombreux partenaires qui ont apporté à leur façon « leur pierre à l’édifice ». Grâce à eux j’ai pu me préparer comme mon coach et moi le souhaitions, ainsi je remercie particulièrement les villes de Nemours, de Bagneaux sur Loing, de Saint-Pierre-les-Nemours, d’Avon et de Grez-sur-Loing, les entreprises Picard et Avon Trophées Diffusion, ainsi que le Comité de Seine et Marne d’Athlétisme, mon club USNSPA et mon équipementier Adidas.

    Mais ma préparation a déjà commencé depuis bien longtemps avec mon coach Gérard Sautret. Quand nous avions décidé de préparer les JO, j’ai eu la chance il y a 3 ans que la ville de Nemours m’accepte parmi ses employés, avec des horaires aménagés pour pouvoir m’entrainer sereinement. Encore merci à eux d’avoir cru en moi.

     

     

    Les Championnats d’Europe était-ce un objectif ou plutôt dans le cadre de ta préparation pour ces JO ?

     

    Les championnats d’Europe étaient un passage obligé pour engendrer un peu de confiance malgré le fait que mon coach et moi savions que je ne serais pas à mon pic de forme. Mais avec le maillot de l’équipe de France on veut forcément bien faire et surtout se surpasser. Je dirai que ces championnats entraient dans le cadre de ma préparation mais je n’y suis pas allé pour faire de la figuration non plus.

     

     

    Une qualification dans une série très serrée …..

     

    Effectivement je me suis fait très très peur en série, j’ai commis pas mal d’erreurs pendant cette série, ce que j’ai faillit payer à la fin, mais après une ligne droite que je pensais perdue d’avance pour la qualification, j’ai réussi à aller chercher la 4 ème place qualificative pour la finale.


     


     

    Comment as-tu négocié la finale ? Peux-tu nous donner ton ressenti depuis l’intérieur de la course ?

     

    J’ai négocié la finale en me disant que je n’avais rien à perdre et que surtout si je voulais avoir une chance de rentrer en finale il fallait que je sois vraiment bien placé à la cloche et que je prenne mes responsabilités car je savais que beaucoup de mes concurrents terminent vite, même plus vite que moi.

    Avant la course j’avais prévu de me mettre aux avant-postes et de contrôler la course, mais au départ le norvégien s’appuie sur moi, ce qui me laisse scotché sur la ligne de départ. C’est pour cela que je me retrouve dernier pendant le début de la course. A ce moment je ne m’inquiète pas et je me dis juste qu’il faudra que je me replace le plus facilement possible avant le 800m. Au 800m j’arrive à me replacer devant mais malheureusement quelques mètres plus loin je me fais enfermer, ce qui ne me rassure pas trop mais juste avant le passage à la cloche il y a une chute ce qui me permet de me replacer devant sinon je pense que ça aurait été impossible d’être devant pour le dernier 400m. Après le derniers 400m au sent vraiment la tension monter au sein du peloton tout le monde veut être devant sans pour autant mener, mais moi j’ai décidé de prendre ce choix, ce qui a été payant à l’arrivée. Ce que j’en retiens c’est que lors d’une finale il faut être acteur de la course et avoir un minimum de chance…

     


     

    Au final, un titre de vice champion d’Europe avec un gros finish….

     

    Tout est dans la question sauf que je ne dirai pas un gros finish, c’est juste le fait qu’en décidant d’attaquer j’en ai surpris quelques uns ce qui est toujours plus facile.

     

     

    Concernant ton arrivée au village Olympique, quand a-t-elle eu lieu ?

     

    Je suis arrivée au village olympique le mardi 31 juillet en fin d’après midi avec les autres athlètes de début de semaine d’athlétisme.

     

     

    Qu’est-ce qui t’a le plus impressionné au village olympique ?

     

    Je n’ai pas été impressionné  car j’ai eu la chance de pouvoir vivre la même chose à Daegu pour les championnats du monde d’athlétisme 2011 où nous étions logé dans au village-athlètes exactement de la même façon que pour cette olympiade. Ensuite la chose un peu différente c’est la taille de la « cantine », elle est immense, plus de 2000 places. Il y a aussi une multitude d’avantages comme des boissons, McDo à volonté et une polyclinique où des soins dentaire, ophtalmologie, etc sont administrés gratuitement. Ensuite cet évènement permet de rencontrer des sportifs que l’on ne côtoie pas habituellement comme Tony Parker, Tony Estanguet, Teddy Riner etc. C’est ça aussi la magie des JO.

     

     

    L’approche de la compétition, était-elle plus stressante que les autres compétitions auxquelles tu as participé jusqu’à présent (par rapport aux Europes notamment) ? As-tu ressenti une différence ?

     

    Sincèrement non, cette compétition a été aussi stressante que les précédentes mais pas plus. Les Europes ont été stressants car je voulais y faire quelques chose de beau (monter sur le podium) et les JO c’est la compétition où chaque athlète souhaite mettre en avant tous les efforts et le travail fourni cette saison. Donc oui ces compétitions sont stressantes mais le stresse reste important il suffit juste de le gérer.

     

     

    Comment s’est déroulée ta série ? Quelles sensations ?

     

    Je savais que j’étais dans une série relevée mais de toute manière, toutes les séries sont difficiles au JO, donc rentrer dans les 6 premiers c’était réalisable, mais pour vraiment assurer le coup je savais que si je menais la course 300,400m sur un rythme correct, il y avait de fortes chances pour qu’il y ai quelques athlètes en plus qui passeraient au temps. C’est pour cela que j’ai lancé la course, mais j’avais des sensations mitigées, mais à la fin de la course je reste confiant pour les demi-finales et j’espère que cette course m’a débridé.


     

     
    Photo VO2.fr


    L’attente avant les résultats des autres séries a du être interminable ?

     

    Non, j’étais quasi certain de passer au temps avec mais 3’37 »05 et surtout en étant 7ème de ma série. J’ai quand même eu un petit doute mais qui est vite parti. Pour dire… je n’ai pas vu la deuxième série, puisque je retournais au stade d’échauffement, quant à la 3ème série je l’ai vue sur l’écran du stade d’échauffement, et au bout de 500m de course, je savais que je recourerai dimanche soir pour les demi-finales.



    Photo Vo2.fr
     

     

    Ta série était rapide, comment s’est déroulé ta récupération avant les demi-finales ?

     

    Oui ma série a été rapide mais je n’étais pas le seul à avoir couru à cette allure donc je n’étais pas inquiet. Ensuite j’ai bénéficié d’une très bonne récupération avec des massages juste après ma série. Et le « décrassage » du lendemain s’est très bien passé, je me sentais vraiment capable de recourir sur les mêmes allures pour la demi-finale.

     

     


    Ta demi-finale a été tout aussi rapide que la série, elle est partie de suite sur des bases assez élevées…

     

    Ma demi-finale s’est déroulée quasiment de la même façon que ma série, sauf que je suis passé un peu plus vite au 800m, et à cet endroit j’ai commencé à avoir les jambes lourdes et il y a une accélération que j’ai eu du mal à suivre. A ce moment un canadien tombe juste devant moi et je lui marche dessus (impossible de faire autrement) et je prends 4 à 5m dans la vue… Et là, c’était très très dur physiquement et mentalement. Je pouvais plus rien faire j’étais à fond.

     

     
    Photo Vo2.fr

    Une demi-finale aux JO…..c’est un bilan plutôt positif non ?

     

    J’ai participé à la demi-finale des JO mais j’étais venu ici à Londres pour faire partie de la finale olympique donc je suis plutôt déçu de mon parcours, car je me suis fait éliminer en demi-finale et surtout je n’ai jamais pu être acteur de cette course, et je l’ai terminée à la dernière place dans une très grande difficulté… Je pensais qu’enchainer les courses était mon point fort mais je me rends compte que finalement, pas du tout…

     

     

    Après la fin de ton parcours à ces JO, es-tu resté à Londres, as-tu pu assister à des épreuves en tant que spectateur, lesquelles ?

     

    Oui je suis resté à Londres et j’ai pu assister à toutes les épreuves d’athlétisme et ainsi vivre les deux nouveaux records du monde des 4 fois 100m homme et femme, et j’ai aussi pu assister au sacre des handballeurs français le dernier jour.

     

     


    Quel athlète t’as le plus impressionné de par sa performance durant ces JO?

     

    L’athlète qui m’a le plus impressionné par sa performance durant ces JO est Teddy Riner car être l’extra favori de son épreuve et de réussir à obtenir le titre de champion olympique c’est vraiment costaud. Et que Tony Estanguet gagne m’a fait énormément plaisir.

     

     

    Tu as certainement fait des rencontres intéressantes avec d’autres athlètes ?

     

    Effectivement j’ai pu rencontrer (à la cantine surtout) beaucoup d’athlètes différents ce qui m’a permis de voir que les basketteurs étaient très sympa, ainsi que les footballeuses même si elles ne sont arrivées que les derniers jours au village. Tous les athlètes français et étrangers sont très ouverts et c’est vraiment intéressant de discuter avec eux.

     

     

    Quelle suite vas-tu donner à ta saison ?

     

    Ma saison est terminée je ne pense pas recourir, je vais juste m’entretenir jusqu’à mes vacances prévues début septembre. (Florian a participé au Décanation sur 800m le 15 Août)

     

     

    Et les prochaines grosses échéances ? Pour l’hiver 2012 ? Les mondiaux 2013 de Moscou pour l’été ?

     

    La prochaine grosse échéance sera les championnats du monde à Moscou, où j’essaierai de réaliser ce que je n’ai pas pu faire à Londres c’est à dire rentrer en finale. Concernant la saison hivernale pour le moment rien de programmé mais je ne serai certainement pas au Europe de cross.

     

     

    Cette présence une JO de Londres a pu être réalisé grâce au soutien de tout mes partenaires de clubs et amis qui partagent cette passion et la partage avec moi au quotidien. Et évidement ma famille ainsi que ces 17 années passées auprès de Gérard Sautret mon entraîneur pour en arriver là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress